13/03/2006

Montgenèvre (suite)

ce matin, promenade solitaire dans le bois de Sestrières; je n'ai rencontré âme qui vive, pas même un fondeur sur la piste qui jouxte le sentier raquettes et piétons, seules les empreintes laissées sur la neige montrent que le coin est fréquenté.



l'empreinte d'une branche de mélèze

celle d'une botte de neige

le disque d'un bâton de randonnée

peut-être un chien

la semelle de chaussure de fondeur

les griffes

et les quatre pattes d'un lièvre variable

et en arrivant dans le village les pattes d'un chat

3 commentaires:

dom a dit…

elles sont pas gentilles de t'avoir abandonnée !

Un habitant du fleuve a dit…

Très jolie, la série sur les empreintes dans la neige...
Beau paysages... ça donne envie d'aller dans les montagnes blanches...

Cordialement.

severine a dit…

hi hi, trop marrant toutes ces petites traces ...
biz